Vous êtes ici : Accueil Algérie Coopération Educative et linguistique Éducation et francophonie

Éducation et francophonie

L’Algérie est le troisième pays francophone dans le monde avec plus de 11 millions de locuteurs. L’Algérie n’est pas membre de l’OIF mais participe à ses sommets comme « invité spécial ».

Le système éducatif algérien a été arabisé dans les années 1970. Le français y est enseigné à partir de la troisième année du cycle primaire et l’enseignement supérieur reste dispensé en français pour les matières scientifiques. Le français est porteur de diversité et de développement économique en Algérie. Sa promotion passe par un travail de chaque instant pour une image renouvelée et l’amélioration de sa diffusion dans un espace francophone élargi :
• première langue étrangère enseignée (statut officiel - Les deux langues officielles sont l’arabe et, depuis la réforme constitutionnelle de 2016, le tamazight).
• langue d’enseignement des filières scientifiques, technologiques
• langue générale de communication
• langue de l’emploi
• langue de valeurs
Le poste encourage l’apprentissage du français et une éducation bilingue voire plurilingue par :
• l’amélioration de l’accueil et de la qualité globale de l’offre d’enseignement scolaire en langue française en Algérie
• la poursuite d’implantation d’écoles françaises, antennes du LIAD, notamment à Oran, antenne ouverte en 2017 et à Annaba, antenne ouverte en 2018
• le développement des compétences de nos enseignants, grâce à des dispositifs spécifiques et au développement et la modernisation de l’offre de cours dans les instituts français du pays
• le développement du LabelFranceEducation et des homologations
• Le soutien à la création et à l’édition en langue française (ressources pédagogiques, manuels,dictionnaires, prix littéraires romans, nouvelles…)
• L’ouverture prochaine d’espaces dédiés dans les universités du Sud du pays
• Le développement de la passation des certifications officielles de langue française…

Les opérateurs de la Francophonie en Algérie

• Les établissements scolaires français (LIAD, PEH)
La coopération éducative entre la France et l’Algérie est fondée sur des accords bilatéraux, qui ont permis la création du Lycée international Alexandre Dumas (AEFE) et celle de la Petite Ecole d'Hydra (MLF).
. Le LIAD l’ambition de l’excellence pour un public algérien, français et international
Le Lycée international Alexandre Dumas a ouvert ses portes en 2002 avec 279 élèves et en scolarise aujourd’hui 1916 de la grande section à la terminale. À ce jour, la population scolaire est relativement homogène sur le plan socio-économique et composée majoritairement d’un public résident du pays hôte, puisqu’elle est constituée de 47% de nationaux, 34% de français binationaux, 12% de français expatriés et 7% d’étrangers tiers.

La Petite école d’Hydra (école d’entreprises MLF)
La Petite École d’Hydra (PEH) est une école d’entreprises de la Mission laïque française. Le 17 septembre 2005, la Mission laïque française a ouvert la Petite École d’Hydra, à Alger, répondant ainsi àla démarche que des parents français expatriés par un nombre important d’entreprises avaient engagée auprès de l’ambassadeur de France en Algérie. La ville d’Alger ne disposait alors que d’un lycée rattaché à l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) sans possibilité de scolariser un enfant à l’école primaire. Complétant l’action du ministère des Affaires étrangères, la Mission laïque française s’est donc attachée, à cette époque, à ouvrir une école maternelle et primaire. La structure financière de l’école d’Hydra s’appuie sur l’Association de la Petite École d’Hydra, qui a élu un comité de gestion, représentant les seize entreprises dites fondatrices (Renault, Peugeot, Michelin, Total, Schlumberger, BNP Paribas, Société Générale, CFAO, Accor, Sanofi, Bouygues, Danone, Wataniya, Schneider Electric, Razel, Promasidor), et huit entreprises partenaires (Alcatel, Suez, BergeratMonnoyeur, Lafarge, Saipem, Tango, Kougc, CE).
La PEH accueille des élèves de la petite section de maternelle au CM2. Dans la mesure où le cadre législatif ne permet pas à la PEH d’accueillir des résidents du pays hôte, son public est uniquement constitué d’expatriés, de nationalité française (75 %) ou tierce (25%).
Dynamique sur les plans pédagogique et culturel, le réseau homologué scolarise aujourd’hui plus de 2000 élèves et s’est étendu récemment vers Oran (2017) et Annaba (2018). En lien, les deux pays travaillent conjointement sur des objectifs de qualité de l’offre éducative.
L'ouverture de l'antenne du Lycée International Alexandre Dumas à Oran, le 26 septembre 2017, est une étape historique de la coopération éducative franco-algérienne et illustre le partenariat  d'exception qui unit nos deux pays. Cette école répond à la très forte demande exprimée par la population oranaise depuis plusieurs années. Son ouverture a été rendue possible grâce à au soutien actif des autorités algériennes, en particulier le ministère des Affaires étrangères, le ministère de l’Éducation nationale et la Wilaya d’Oran.

À Annaba, l'antenne du Lycée International Alexandre Dumas a effectué sa rentrée le 07 octobre 2018. L’école accueille des élèves de CP-CE1. Elle est installée dans des locaux provisoires.

• Les Ecoles Labellisées « LabelFrancEducation »
Le Président de la République française a fait de l’apprentissage de la langue française le premier axe du Plan pour la langue française et le plurilinguisme présenté le 20 mars 2018 à l’Institut de France, et réaffirmé en mars 2019. Un des enjeux est de répondre à la demande croissante d’éducation internationale, de consolider et dynamiser nos réseaux en renforçant la place de la langue française dans les systèmes éducatifs locaux. Il s'agit notamment de donner une impulsion nouvelle à l’enseignement bilingue francophone, en portant le réseau des établissements LabelFrancÉducationà 500 filières en 2022.

Pour mémoire, le LabelFrancÉducation est attribué par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) aux filières d’excellence bilingues proposant un enseignement renforcé de la langue française et d’au moins une discipline non linguistique en français (au minimum 20% du volume d’enseignement global), conformément au programme officiel du pays d’accueil. L’Agence pour l’Enseignement français à l’étranger (AEFE) est l’opérateur désigné du réseau LabelFrancÉducation.

Depuis septembre 2018, l’Algérie compte ainsi treize établissements labélisés : dix sont implantés à Alger, un à Oran et deux à Tizi-Ouzou. La campagne 2019 a remporté un franc succès puisque ce sont neuf établissements qui ont obtenu la labélisation et/ou son renouvellement.

• Les associations professionnelles

La relation bilatérale entre l’ambassade de France en Algérie et les associations professionnelles algériennes est déjà riche d’une longue histoire commune.

LA CNEFA, COORDINATION NATIONALE DES ENSEIGNANTS DE FRANÇAIS EN ALGÉRIE
Membre de la Fédération Internationale des professeurs de français (FIPF)

la CNEFA se donne pour mission de regrouper les professionnels de la langue française en Algérie. La coordination, à caractère professionnel et culturel, est agréée sous le n° 65 du 31 déc. 2012 par le ministère de l’intérieur et des collectivités locales.

La CNEFA compte à ce jour 353 adhérents représentant une trentaine de wilayas. Elle se définit comme « un cercle de savoir et de discussion où convergent des initiatives et des compétences qui ne verseront que dans l’intérêt de l’apprenant et, à priori, l’école algérienne » et se veut également « un espace d’échanges et de concertations sur les différents plans pédagogique, culturel, relationnel et même comportemental où se conjuguent les bonnes volontés et les expériences du terrain, dans une vision purement associative ».

Ses objectifs sont les suivants :
- Fédérer l’ensemble des enseignants de français à travers l’Algérie et à faire partager leurs expériences et difficultés rencontrées sur le terrain.
- Contribuer à l’amélioration de l’enseignement du français dans les établissements scolaires en mettant en place des formations sous formes de journées d'études, de séminaires et d'universités d'été.
- Organiser des colloques et des rencontres culturelles et pédagogiques diverses.

Le poste soutient cette association, la seule en Algérie possédant un agrément officiel et membre de la FIPF. Ce soutien se traduit essentiellement par l’octroi de bourses linguistiques et pédagogiques sur propositions des cadres responsables au profit des enseignants de français du public, membres actifs de l’association. Ce soutien peut également prendre la forme de mise à disposition de salles à l’IF Alger pour les manifestations culturelles organisées par l’association, de soutien à l’organisation de colloques et concours nationaux et de mobilités pour participer à des évènements francophonie en France.

L’A2DEMTI, ASSOCIATION ALGÉRIENNE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L’ENSEIGNEMENT DES
MATHÉMATIQUES ET DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION

Le poste apporte par ailleurs son soutien à l’A2DEMTI, association très dynamique des professionnels des mathématiques et forte de plus de 900 adhérents sur l’ensemble du territoire algérien. Incluant séminaires, rencontres et formations autour des mathématiques, les activités de l’association sont très variées et elle organise aussi bien des activités au bénéfice de la jeunesse algérienne, tels que des ateliers ou des concours de jeux mathématiques, que des actions de haut niveau, telles que l’organisation de colloques internationaux.
Très active dans le domaine du numérique, l’association bénéficie de sponsors locaux qui assurent le cofinancement des projets, conjointement au soutien apporté par le poste.


• Le Réseau FLAM
Initié en 2001, le dispositif FLAM (Français LAngue Maternelle) a pour objectif de permettre à des enfants français établis à l’étranger de conserver la pratique de leur langue maternelle et le lien avec la culture française dans un contexte extrascolaire d’associations. Ce dispositif d’appui financier aux associations vise avant tout à aider au montage du projet et à la pérennisation des activités proposées. Plus de 150 associations dans près de 40 pays ont été subventionnées depuis la mise en place du dispositif.
En Algérie, les associations FLAM, au nombre de quatre, sont complémentaires à l’enseignement privé bilingue francophone, avec lequel elles mutualisent parfois les locaux. Elles ne perçoivent plus de subvention depuis plusieurs années. Les associations encore présentes sont :
- Le petit Navire, à Constantine
- Les Coquelicots, à Constantine
- Le petit Prince, à Annaba
- L’école du jeudi, à Oran (subventions de 2001 à 2007)

Sur le volet de la formation professionnelle et de l’employabilité, les partenariats avec les entreprises sont développés dans les centres et filières d’excellence. À terme, des Campus des métiers et des qualifications pourront être mis en place.

• Les Centres et filières d’excellence
Le modèle des centres et filières d’excellence repose sur un double partenariat : il s’agit d’une action de coopération bilatérale entre la France et l’Algérie, reposant, pour sa mise en œuvre, sur un partenariat public-privé.
Un prototype de qualité : le CEAFE ou Centre d’excellence algéro-français pour les métiers de
l’énergie et de l’électricité, dit « centre d’excellence Schneider ».
Fleuron de la qualité de l’éducation dans le secteur professionnel en Algérie, le CEAFE est issu d’une convention tripartite signée lors du CIHN de décembre 2014 entre le MFEP algérien, le MENESR français et l'entreprise Schneider Electric Algérie (SEA) ; la première rentrée a eu lieu en mars 2015.
Ce centre est considéré aujourd’hui comme un prototype, illustration de la réussite d’un modèle que le ministère tient à développer.
Doté d’un internat, il accueille à ce jour des étudiants recrutés au niveau IV (avec ou sans le diplôme du baccalauréat), et forme en trois ans au niveau BTS. Lieu d’émulation au service de l’employabilité, il scolarise prioritairement des élèves issus de milieux sociaux modestes ainsi que des jeunes en difficulté présentant une forte motivation et un profil en adéquation avec la filière.
Les résultats des premiers stages en entreprise sont très satisfaisants et ces élèves ne devraient rencontrer aucune difficulté d’insertion sur le marché de l’emploi à l’issue de leur formation.

Six centres et filières d’excellence sont en cours aujourd’hui, à différents degrés d’avancement.

Le centre d’excellence Schneider de Rouiba a vu sortir sa première promotion (40 stagiaires) en février 2019 avec les résultats excellents : 100% de réussite à l’obtention du BTS parmi lesquels 85% de mentions.

Une suite a été donnée à ce projet, grâce à la signature, lors du CIHN de décembre 2017, d’une convention tripartite pour la création de filières de formation d’excellence dans les métiers de l’énergie, de l’électricité et des automatismes industriels au sein des Instituts Nationaux Spécialisés de la Formation Professionnelle (INSPF) > Rentrée déjà effectuée en septembre 2018 à l’INSPF de  Bejaia, ouverture des filières d’excellence dans les INSPF de Tizi-Ouzou et Sidi-Bel-Abbès en septembre 2019.
La nouvelle formule, celle de filières et non de centres d’excellence, gagne en souplesse et devrait permettre l’implantation d’une dizaine de nouvelles filières à d’ici 2020, contribuant également au développement du maillage territorial.
Deux déclarations d’intention sont déjà signées pour la création d’un centre de formation pour les métiers de la plasturgie à Blida et pour la mise en place d’un centre d’excellence de formation aux métiers de la construction automobile à Oran en partenariat avec Peugeot Citroën Production Algérie (PCPA)

La création de filières de formation d’excellence dans les métiers de l’eau et de l’assainissement, en
partenariat avec l’entreprise SUEZ – SEAAL, le ministère algérien des Ressources en eau, le MFEP, et le MENJ français et un projet de centre d’excellence pour la formation aux métiers de la thalassothérapie, du thermalisme et du bien-être qui associerait, à la demande de la partie algérienne, le groupe public HTT – Hôtellerie Tourisme Thermalisme – et sa tutelle le ministère algérien du Tourisme, le MFEP, et l’École de formation professionnelle aux métiers du bien-être.

Le développement de centres et filières d’excellence est susceptible d’évoluer vers d’autres types de dispositifs (notamment sur des Campus des métiers et des qualifications, par exemple…).

IFPROFS 

Une nouvelle plate-forme au service des acteurs de l’enseignement Francophone
Sur IFprofs, vous pouvez
1- Dialoguer et échanger avec des professionnels du monde entier
Pour faire connaissance, collaborer dans des groupes, construire ensemble des projets.
2- Découvrir des milliers d'actualités et de ressources
Pour enrichir vos cours, vos pratiques professionnelles et votre connaissance des cultures francophones.
3- Déposer des publications visibles par toute la communauté ou par vos groupes
Pour partager votre expertise et votre expérience, faire connaître ce que vous faites et recevoir les retours de vos pairs. Plus d'infos ce que vous pouvez publier (ressources, annonces…).
4- Continuer de vous former
En échangeant avec des personnes qui ont le même métier que vous, en vous confrontant à d’autres approches… Participer à IFprofs, c’est continuer d’apprendre !