Vous êtes ici : Accueil Algérie Coopération Culturelle Le Cinéma

Le Cinéma

Le cinéma constitue l’un des axes prioritaires de coopération du pôle culturel et audiovisuel, qui met en œuvre chaque année de nombreux dispositifs d’aide à la création cinématographique et à la structuration d’un secteur local prometteur, mais encore fragile.

Formations et ateliers de création

- Le Laboratoire documentaire d’Alger
Depuis six ans désormais, l’Institut français d’Algérie organise, en partenariat avec le Festival Premiers Plans d’Angers, le Laboratoire documentaire d’Alger – atelier orienté vers la réalisation documentaire et la pratique du son.
Depuis 2014, une soixantaine de professionnels algériens ont été accompagnés dans l'écriture et la réalisation de films documentaires qui sont projetés en Algérie puis en France au Festival Premiers Plans d’Angers. Cette formation est désormais bien identifiée, nombre de ces films ont circulé en festivals à travers le monde, ils ont remporté une quinzaine de prix internationaux. Les partenariats s’étoffent, un vrai tissu de professionnels se confirme autour de ces ateliers.
Pour en savoir plus : http://www.premiersplans.org/festival/autres_programmations-algerie.php
- Les formations de professionnels
Très régulièrement, et en étroite coopération avec des opérateurs algériens de premier ordre (dont l’ONCI et le CADC), le pôle culturel et audiovisuel organise des sessions de formation en Algérie afin de renforcer la professionnalisation du secteur dans tous les secteurs de l’industrie cinématographique.  Ainsi, ces dernières années
Le pôle culturel propose aussi chaque année plusieurs formations en France, à la Femis pour l’Université d’été, à l’Ecole de l’image Les Gobelins pour la SummerSchool, et aux Ateliers Varan pour un perfectionnement à la réalisation documentaire.
Les appels à candidature pour ces différentes formations, ouvertes à tous, sont publiés sur le site internet de l’IFA et sur les réseaux sociaux. Restez connectés !


Soutien à la diffusion et à la création

- Un soutien à la diffusion en Algérie et en France
L’Institut français d’Algérie et le pôle culturel de l’Ambassade soutiennent aussi la diffusion du cinéma en Algérie, qu’il soit français, algérien ou international. Ainsi, et ce depuis leur création il y a 17 ans, les Rencontres cinématographiques de Bejaia ont toujours été soutenues de manière ininterrompue par le pôle.
Parmi les autres festivals aidés, on peut citer le festival de courts-métrages de Souk Ahras, le Souk Short Festival, ainsi qu’auparavant
Le pôle soutien également la diffusion de films algériens en France, en aidant les équipes des films à venir présenter leurs films en France à l’occasion
- Les appels à projets
Deux fois par an – traditionnellement en janvier et en juin – le pôle culturel et audiovisuel lance son appel à projets cinématographiques.
Une attention particulière est portée à :
o L’émergence de jeunes réalisateurs algériens
o Les projets novateurs dans la création contemporaine : fictions et documentaires de création

Les demandes de subvention peuvent entrer dans les catégories suivantes :
o Aide à l’écriture
o Aide à la production
o Aide à la postproduction

Qui peut déposer un projet ?
Les sociétés de production algériennes ou françaises (en coproduction avec une société de production algérienne) qui portent un projet en lien avec l’Algérie. Les demandes effectuées à titre individuel ou par une structure française sans coproducteur algérien ne seront pas examinées.
o Les derniers films soutenus par l’IFA et sélectionnés dans les grands festivals :
- 143, rue du Désert, de Hassen Ferhani, sélectionné au Festival du film de Locarno, 2019 ;
- Papicha, de Mounia Meddour, sélectionné à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes, 2019 ;
- Abou Leila, d’Amin Sidi-Boumédiène, sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 2019 ;
- Les Bienheureux, de Sofia Djama, sélectionné à la Mostra de Venise en 2017 ;
- Jusqu’à la fin des temps, de Yasmine Chouikh, représentant l’Algérie aux Oscars 2018 ;
- En attendant les Hirondelles, de Karim Moussaoui, sélectionné dans la section Un Certain Regard au Festival de Cannes en 2017.
o Les films en cours de production soutenus par l’IFA :
- Meursault Contre-enquête, de Malek Bensmail, d’après l’œuvre éponyme de Kamel Daoud
- La Dernière Reine, de  Damien Ounouri, en cours

- Résidence d’écriture scénaristique dans le Sud algérien
Associant deux ou trois auteurs à un lieu, cette résidence met en place les conditions d’un partage autour de la création. Elle permet aux auteurs de se consacrer à l’écriture de leurs prochains films, et d’inscrire ainsi leur travail dans un lieu nouveau.
Les scénaristes travaillent chacun de leur côté, tout en se retrouvant régulièrement, car l’objectif de la résidence est de créer les conditions d’un échange d’expérience, d’une entraide entre auteurs confrontés au développement de leurs scénarios.
En 2018, ce sont les cinéastes Lidia Terki et Karim Moussaoui qui ont bénéficié de cette résidence.
Lidia Terki:
Lidia Terki naît en Algérie mais grandit en France. Début 2017 sort en salles Paris la blanche, son premier long métrage. La réalisatrice filme le voyage de Rekia quittant la Kabylie pour retrouver Nour, son mari parti chercher du travail en France dans les années 1970.
Karim Moussaoui :
Karim Moussaoui, né en 1976 à Jijel, est le réalisateur du film En attendant les hirondelles, en compétition officielle au Festival de Cannes 2017 dans la sélection Un certain regard. Le film a été soutenu par l’Institut français d’Algérie.