Vous êtes ici : Accueil LE CULTUREL EN LIGNE Rions un peu, philosophons !

Rions un peu, philosophons !

Rions un peu, philosophons !  du lundi 01 fevrier au dimanche 28 fevrier En ligne

Le rire permet de réduire la perception de la douleur. Le rire est une drogue bienfaisante...

La parole au philosophe ! Retour à la liste

 

Retrouvez, à l'issue de cette publication, toute notre programmation de la rubrique "La parole au philosophe !"

 

Rions un peu, philosophons !

Le philosophe serait porté à la mélancolie, mais ils sont nombreux, de Aristote à Nietzsche, à prôner la pratique de l’humour et du rire.

Les vertus du rire pour notre corps et notre santé sont nombreuses, disent les psychologues. Le rire permet de réduire la perception de la douleur. Le rire est une drogue bienfaisante. Selon certains neurobiologistes, il y aurait des émotions communes d’amusement dont le rire et le sourire seraient l’expression.

«L’homme est le seul animal qui rit», affirme Aristote, qui ajoute : lorsque l’on rit, «la pensée est mise en mouvement en dépit de la volonté la plus ferme». Le rire donne une impulsion à la réflexion. Il est à la fois apaisant, stimulant, énergisant. Nous aiderait-il à penser le monde ? Et si le rire était éminemment philosophique, au fond ?
Certes, le but de la philosophie n’est pas de faire rire. Il ne faut pas rire, mais comprendre. On connaît le refrain, dont se servent évidemment tous les grincheux. Il n’empêche. On rit souvent dans les dialogues de Platon. Le Banquet, pour ne citer que ce texte, se termine dans un état de joyeuse ébriété. A la fin, il n’y a que Socrate qui a encore les idées claires.
Aristote est le premier philosophe à s’intéresser vraiment au rire. Au livre III des Parties des animaux, il analyse le rôle spécifique de différents organes du corps. Le rire, dit-il, est le résultat d’une contraction du diaphragme. Aristote donne une raison assez drôle, mais qui peut-être est vraie : l’homme rit parce qu’il est chatouilleux. La raison principale en est «la finesse de sa peau». Ici, le philosophe est très précis : on rit quand on vous chatouille sous les aisselles…

Tous les philosophes ne sont pas désopilants. Beaucoup se méfient du rire. Hobbes écrivait, au XVIIe siècle, dans The Elements of Law : «La passion du rire n’est rien d’autre qu’une gloire soudaine, et dans ce sentiment de gloire, il est toujours question de se glorifier par rapport à autrui.» Il y a toujours un peu de mépris dans le rire. Ça, c’est l’opinion de Hobbes. Il n’a pas le dernier mot, évidemment, et on peut trouver de l’humour à beaucoup de philosophes. Pour n’en mentionner que quelques-uns : Pascal est drôle, contrairement à sa réputation ; Rousseau est parfois grincheux, mais il est souvent cocasse ; le pessimisme de Schopenhauer est souvent hilarant.

Descartes s’est beaucoup intéressé au rire. Dans son Traité des passions, il consacre des articles à la moquerie et à la raillerie, qui sont des passions particulières. Que dit Descartes ? Le rire est un phénomène physiologique. Le sang gonfle les poumons, l’air est expulsé et sort par le gosier - le «sifflet», dit-il, et fait éclater la voix. Dans le même temps, l’air pousse le diaphragme et les muscles de la poitrine et de la gorge, et enfin les muscles du visage.
C’est pour cela que lorsque l’on rit, on fait une drôle de tête. On est un autre homme. Remarquez que sur les photographies de nos passeports, il est interdit de rire ou de sourire. «Le sujet doit adopter une expression neutre et avoir la bouche fermée», disent les instructions du ministère de l’Intérieur.
Dans le Traité des passions, «Du ris» vient juste après une analyse de l’évanouissement, la «pâmoison». Il y a un rapprochement ici qui est tout sauf un hasard. Se pâmer, c’est défaillir, c’est tomber dans les pommes. Le rire nous fait-il chavirer ? Non, mais il nous fait tanguer, il nous secoue parfois rudement. C’est en cela que réside son principe euphorisant. Le rire est comme les montagnes russes. Pendant quelques secondes, nous sommes en apesanteur. Nous effectuons des loopings mentaux.
Cela dit, Descartes préconisait de rire modérément. A la princesse Elisabeth de Bohême, qui lui demandait s’il fallait être gai en toutes circonstances, Descartes répondait : ce ne sont que les joies «médiocres et passagères» qui sont accompagnées de rire. Mais il faut dire que la jolie princesse était neurasthénique ; Descartes n’entendait pas la bousculer.
On ne peut pas vivre dans le stress continuel - ni dans l’urgence permanente. L’air tendu est fatigant, à la longue. Quand on veut à tout prix inspirer confiance, c’est souvent l’effet inverse qui se produit. Bergson, dans son célèbre essai le Rire, paru en 1900, affirmait que le comique venait d’une certaine raideur. Le rire est relaxant. Charlie Chaplin a beaucoup joué sur l’aspect comique de la raideur mécanique. Gad Elmaleh manipule les mêmes ressorts. Le «blond» n’a jamais le nez qui coule. «Ses tomates restent bien parallèles dans son sandwich crudités»…

Rire fait du bien, Freud le répète dans le Mot d’esprit et sa relation à l’inconscient. Le rire est une «pure joie», disait Spinoza. Et l’on a d’autant plus besoin de rire que le monde va mal. Le système économique fait de nous des machines remplaçables ? Le rire évidemment est subversif. Face à l’absurdité de la violence, sociale ou terroriste, rions. Il faut rire pour ne pas être sidéré. Le mot sidération a la même étymologie que désir, et vient de sidus, «l’étoile» ou «les étoiles». Le rire est dé-sidérant, au sens étymologique du terme. Il permet de retrouver la voie du désir.
«J’oserai même établir une hiérarchie des philosophes d’après la qualité de leur rire», écrit Nietzsche dans Par-delà Bien et Mal- après un passage où il dénonce le culte de la souffrance. Nietzsche est le grand philosophe du rire. Il faut «désapprendre la mélancolie», écrit-il.

Pour Nietzsche, le rire est «une guerre», et «une victoire». Il est révélateur. Mais, il y a rire et rire, évidemment. «Quand l’homme rit à gorge déployée, il surpasse tous les animaux en vulgarité.» L’homme vraiment joyeux doit «désapprendre le rire bruyant».
Et Zarathoustra lance : «Hommes supérieurs, apprenez donc à rire.» En ajoutant : il faut «danser sur les tristesses comme sur les prairies». C’est plus facile à dire qu’à faire. Mais Nietzsche, ne l’oublions pas, s’adresse au Surhomme qui sommeille en chacun de nous. 

                                                       Par Philippe Arnaud, philosophe   Libération

 

Toute notre programmation "La parole au phiolosophe !"

 

19    QU’EST-CE QUE REGARDER ?

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/qu2019est-ce-que-regarder

 

18   SIMONE DE BEAUVOIR, LA FÉMINISTE

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/simone-de-beauvoir-la-feministe

 

17   JE NE VEUX PAS TRAVAILLER… UN REGARD PHILOSOPHIQUE SUR LE REPOS, L’INTÉGRALE

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/je-ne-veux-pas-travailler...-un-regard-philosophique-sur-le-repos-l2019integrale

 

16   COMMENT RÉPARER LE MONDE ? par Corine Pelluchon, philosophe.

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/comment-reparer-le-monde

 

15   LOGIQUE, ALI BENMAKHLOUF !

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/logique-ali-benmakhlouf

 

14   BARBARA CASSIN: "POUR LES FEMMES, IL NE SUFFIT PLUS DE SÉDUIRE, MAIS JUSTE D'EXISTER, D'ÊTRE"

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/barbara-cassin-pour-les-femmes-il-ne-suffit-plus-de-seduire-mais-juste-dexister-detre

 

13  EN ATTENDANT LE JOUR OÙ NOUS POURRONS À NOUVEAU NOUS EMBRASSER  par Jérôme Ruskin

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/en-attendant-le-jour-ou-nous-pourrons-a-nouveau-nous-embrasser-1

 

12   "On pourrait construire notre liberté sans qu'elle passe par la consommation" par Razmig Keucheyan, docteur en sociologie et professeur de sociologie à l'université de Bordeaux.

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/on-pourrait-construire-notre-liberte-sans-quelle-passe-par-la-consommation

 

11   "Ces philosophes que le monde nous envie" par Didier Raoult.

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/ces-philosophes-que-le-monde-nous-envie-par-le-professeur-didier-raoult

 

10   "Ce que la philosophie nous apprend de la pandémie de Coronavirus" par Xavier Pavie, Philosophe

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/ce-que-la-philosophie-nous-apprend-de-la-pandemie-de-coronavirus-par-xavier-pavie-philosophe

 

9   Julia de Funès : "On se concentrera sur les gens qu’on aime"

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/julia-de-funes-on-se-concentrera-sur-les-gens-qu2019on-aime

 

8   Claire Crignon « Coronavirus : quel peut être le rôle du philosophe en temps d’épidémie ? »

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/coronavirus-quel-peut-etre-le-role-du-philosophe-en-temps-d2019epidemie

 

7     Michaël Fœssel « La nuit est propice aux expériences égalitaires »

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/michael-foessel-la-nuit-est-propice-aux-experiences-egalitaires

 

 

6    Le balcon ... avec Thierry Paquot, philosophe-urbaniste

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/le-balcon...-avec-thierry-paquot-philosophe-urbaniste

 

5   De la réalité du monde sensible : DE L’ESPACE par Jean-Jaurès, philosophe

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/jean-jaures

 

 

4    "Entretien sur la musique avec André Comte-Sponville", philosophe par Bertrand Saint-Etienne.

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/la-parole-au-philosophe-entretien-sur-la-musique-avec-andre-comte-sponville

 

3    Edgar Morin "Cette crise devrait ouvrir nos esprits depuis longtemps confinés sur l'immédiat"

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/la-parole-au-philosophe-edgar-morin-cette-crise-devrait-ouvrir-nos-esprits-depuis-longtemps-confines-sur-l2019immediat

 

 

2   "Barbara Cassin, le pouvoir des mots"

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/la-parole-au-philosophe-avec-barbara-cassin-philosophe-philologue-et-academicienne

 

1   "Pourquoi lire les philosophes arabes?"

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/pourquoi-lire-les-philosophes-arabes

 

Inscrivez-vous à la newsletter

 

 FERMETURE (Mouloud et 1er nov.) 

L’Institut français d’Alger (7, rue Hassani Issad)
et son annexe d’Hydra (30, rue des frères Kadri)
seront fermés
du jeudi 29 octobre
au dimanche 1er novembre (inclus).
Réouverture : lundi 2 novembre 2020

**********************

 

INFORMATION MEDIATHEQUE

« Livres non rendus pendant la période : avril-juillet 2020 »
Merci à toutes les personnes qui ont emprunté des livres avant le confinement de bien vouloir les rendre dans les plus brefs délais. Pour la sécurité de tous, une boite de retour est mise à la disposition du public juste à l’entrée de l’Institut français.

************

NOTIFICATION IMPORTANTE - ! Examens DELF-DALF  Octobre 2020

Changement d’adresse de passation des épreuves DELF-DALF Octobre 2020

pour des raisons indépendantes de notre volonté

Elle se dérouleront pas à l’adresse suivante : ESHRA ( Ecole Supérieure d’Hôtellerie et Restauration d’Alger ). Route Nationale N°11 – 16202 Ain Benian – Alger. Les dates et horaires de convocation restent inchangés. 

 Information TCF 

"Attention ! à partir de janvier 2019, la pièce d'identité à présenter le jour du test TCF doit obligatoirement être  biométrique"

Cours de français, tests et examens:
Une adresse de messagerie a été créée pour toute demande d'information concernant les cours de français :
infos.dlf-alger@if-algerie.com

************

« Octobre 2020 »
Octobre
DiLuMaMeJeVeSa
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031