Vous êtes ici : Accueil LE CULTUREL ! Canicule : Végétaliser les villes, « c’est maintenant et c’est encore possible »

Canicule : Végétaliser les villes, « c’est maintenant et c’est encore possible »

Canicule : Végétaliser les villes, « c’est maintenant et c’est encore possible » du vendredi 10 juillet au jeudi 23 juillet En ligne

Les villes, insuffisamment préparées au changement climatique, doivent urgemment intégrer l’enjeu de la canicule. Et se mettre au vert. On fait le point sur les enjeux de la végétalisation.

Web vert Retour à la liste

 

Canicule : Végétaliser les villes, « c’est maintenant et c’est encore possible »

 

Retrouvez toute notre programmation "Web vert"

à l'issue de cette programmation

Les villes, insuffisamment préparées au changement climatique, doivent urgemment intégrer l’enjeu de la canicule. Et se mettre au vert. On fait le point sur les enjeux de la végétalisation.

Une canicule sans précédent pour un mois de juin s’abat cette semaine sur la France, avec des températures qui pourraient dépasser les 40°C. Les épisodes caniculaires se répètent, et nous savons pourquoi. Les climatologues, souvent ignorés ces dernières décennies, sont davantage écoutés aujourd’hui. « Ces périodes caniculaires sont vraiment liées au réchauffement climatique, martèle auprès de France Info Jean Jouzel, climatologue et ancien vice-président du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) (...). Ces vagues de chaleur et ces étés chauds, mais aussi les périodes de sécheresse ou les risques de feux de forêts, il va falloir nous y préparer. D'autant que le réchauffement sera important ».

Alors il faut certes se préparer mentalement à voir se répéter ces périodes caniculaires, inévitables. Mais en parallèle, il faut préparer les villes, où vivront les trois quarts de la population mondiale en 2050. Dans ce contexte, la végétalisation est une solution à la fois indispensable et... complexe.

 

Des villes plus chaudes que le climat

Rappelons d’abord que s’il fait plus chaud à la ville qu’à la campagne, réchauffement climatique mis à part, c’est en raison de ce qu’on appelle l’îlot de chaleur urbain (ICU). Celui-ci se caractérise par l’observation de températures plus élevées dans une zone urbaine que dans son environnement immédiat. L’écart peut être très important. « En condition de canicule, on peut observer des différences de températures de l'ordre de 8°C en moyenne la nuit entre Paris intra-muros et les zones les plus fraîches de la région », expliquait à l'AFP, lors de la canicule de l'été 2018, Aude Lemonsu, chargée de recherche CNRS au centre de recherche de Météo-France.

La chaleur urbaine naît d’une conjonction de facteurs relevant à la fois des caractéristiques des quartiers (orientation des rues, imperméabilisation des surfaces, albédo moyen) et de ses activités (sources de chaleur supplémentaires comme les transports, les activités industrielles, etc.). « Le phénomène des îlots urbains est dû à l’accumulation d’un certain nombre de facteurs : la densité urbaine, la circulation automobile, la minéralisation excessive et le déficit de végétal et d’eau dans les espaces publics », lit-on également en introduction de Villes et changement climatique - Îlots de chaleur urbains (Editions Parenthèses, 2015).

L’effet d’ICU est connu des experts en conception et gestion de la ville depuis des années, mais « force est de constater que les différentes politiques urbaines sont encore loin de réellement tenir compte de ce phénomène qui nécessite – et nécessitera encore plus à l’avenir si l’on ne fait rien aujourd’hui – une adaptation raisonnée de la ville », regrettait déjà en 2010 l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de la région Île-de-France. Or son intensité s’aggrave aujourd’hui dans un contexte de réchauffement climatique.

Les solutions sont de plus en plus identifiées. Elles viennent d’ailleurs d’être résumées par la délégation de la prospective du Sénat dans un rapport (Adapter la France à l’horizon 2050 : urgence déclarée !) rendu public le 16 mai dernier : adapter le bâti, végétaliser, produire du froid. « Dès aujourd’hui, il faudrait adapter le bâti pour lutter contre les îlots de chaleur urbains, a déclaré Ronan Dantec, sénateur et co-auteur du rapport, lors de son examen au Sénat. Cela signifie concrètement intégrer l’enjeu de la canicule dans la culture urbanistique et architecturale, promouvoir la végétalisation des villes, encourager les techniques de production de froid durable, notamment par géothermie, pour éviter la prolifération des climatiseurs ». Ces derniers étant la fausse solution par excellence puisqu‘ils augmentent les effets d’îlots de chaleur en rejetant la chaleur intérieure vers l’extérieur, et en installant un cercle vicieux dans lequel la clim’ est à la fois le remède (parfois nécessaire pour des personnes vulnérables comme les personnes âgées ou malades) et le poison.

 

Végétaliser, oui, mais comment ?

Repenser la « culture urbanistique et architecturale » pour adapter la ville au changement climatique est un vaste sujet, passionnant et très ambitieux, qui concerne aussi bien l'adaptation du bâti, la rénovation thermique, les techniques comme le revêtement des routes, trottoirs ou toits en blanc pratiqué par exemple en Californie, ou encore l’interdiction de la voiture thermique en centre-ville. La question de la végétalisation semble plus simple à cerner, mais c’est trompeur.

Suffit-il de verdir la ville pour faire baisser le thermomètre ? Il y a quelques années, les grandes villes sont parties de l’hypothèse que l'« évapotranspiration » des arbres et des végétaux pouvait contribuer à baisser la température au sein des îlots de chaleur urbains en période estivale. Leur postulat a été confirmé en menant différentes études, dont certaines sont toujours en cours, à Lyon, ou à Paris.

La végétalisation des parois verticales a fait ses preuves sur le confort thermique à l'intérieur des bâtiments avec un abaissement de 5 à 70 % de la consommation énergétique pour la climatisation, et les effets rafraîchissants de la multiplication des espaces verts sont aussi documentés. Une modélisation effectuée le 8 juillet 2010 à 16 heures dans une rue de Nantes large et haute de 21 m, orientée nord-sud, a établi que la présence de deux façades végétalisées permettait d'abaisser la température ressentie de 0 à 3 °C. Mais en remplaçant celles-ci par deux rangées d'arbres plantés au milieu de la rue, hauts de 9 m et formant un feuillage continu sur une distance de 250 m, on gagne alors... 10 °C, raconte Sciences et Vie.

 

« Planter ne suffit pas ! »

« Végétaliser, c’est une action “sans regret”, elle apporte une solution à un problème donné (ici le changement climatique) et peut aussi être valorisée par les bénéfices supplémentaires qu’elle offre (biodiversité, bien-être des habitants...). Mais il faut avoir les bonnes actions adaptées au climat local, nous explique Solène Marry, docteure en urbanisme à l’ADEME. L’outil ArboClimat a par exemple été développé par la région Hauts-de-France et l’ADEME pour permettre aux collectivités, aux aménageurs, aux élus de choisir les bonnes espèces d’arbres selon tout un éventail de critères. Planter ne suffit pas ! ».

Sur le site d’ArboClimat, qui vante l’arbre urbain comme un « formidable outil pour lutter contre le changement climatique », l’outil se propose de sélectionner des essences selon 6 critères. On y retrouve la lutte contre les îlots de chaleur urbain (la capacité de l’essence à impacter sur le confort thermique d’été par ombrage et évapotranspiration), le stockage de carbone (la capacité de l’essence à stocker le carbone tout au long de sa vie), mais également quatre autres critères : la capacité de l’essence à résister au changement climatique dans un scénario à + 2°C compte tenu de son adaptation au climat et au sol, la capacité de l’essence à participer à la biodiversité en tant qu’hôte ou producteur de nourriture, la capacité de l’essence à stocker ou éliminer des polluants atmosphériques, et la capacité de l’essence à ne pas produire d’allergènes. L’outil ArboClimat rappelle ainsi la multiplicité des critères à prendre en compte pour que la végétalisation soit pertinente et efficace.

On ne plante pas n’importe quelle espèce, et on ne plante pas n’importe où, ni n’importe comment. L’annonce faite par la mairie de Paris, le 13 juin, de la création de « forêts urbaines sur 4 sites emblématiques à Paris » (les voies sur berge, la place de l’Hôtel de Ville, l’arrière de l’opéra Garnier et le parvis de la gare de Lyon), pourtant dans la continuité d'une dynamique active de végétalisation, a ainsi été critiquée par les associations écologistes - au-delà même des accusations d'électoralisme - comme étant un ajout cosmétique pendant que la ville continue d'artificialiser les sols, comme le raconte Le Monde. « Anne Hidalgo veut des forêts urbaines... alors qu’elle a bétonné Paris, s’insurge Pierre Liscia, élu Les Républicains (LR) dans le XVIIIe arrondissement. La Maire de Paris doit résoudre une équation impossible : honorer sa promesse folle de bâtir 10 000 nouveaux logements par an à Paris alors que le foncier disponible est si rare sans détruire le peu d’espaces verts que compte la capitale ».

L’exemple de Paris ouvre le débat de la densification : dans les grandes villes déjà construites, pauvres en espaces verts (selon l’étude Treepedia réalisée par une équipe de chercheurs du MIT aux États-Unis, Paris serait même la ville la moins verte du monde !), où planter des arbres, où végétaliser, quand la pression du foncier est si forte ?

« Même en milieux urbains denses, il y a beaucoup d’interstices, qui sont aujourd’hui minéralisés. Il y a beaucoup de potentiel avec ces espaces-là », explique Solène Marry, qui pilote le projet RECRE, pour « Renaturation des Espaces des Cours vers la Résilience Ecologique ». L’objectif : débitumer les cours d’école pour créer des espaces verts, comme c’est aussi le cas à Paris avec la transformation de trois premières cours d’école « oasis » à l'été 2018. A priori, l’idée semble idéale. En réalité, « c’est quelque chose qui est très peu accepté par les parents : ils se posent des questions sur la sécurité, sur la salissure… Du coup, nous avons la Fédération des parents d'élèves contre nous ».

À l’échelle des collectivités, les freins à la végétalisation sont également à dépasser. « Le premier, c'est la connaissance des phénomènes et une forme d’incertitude : on ne peut pas dire exactement la température que l’on aura dans 10 ans, face à des investissements potentiellement lourds, explique Sophie Debergue, ingénieure expert urbanisme de l’ADEME. Il faut accompagner ces projets en terme d’ingénierie : dans des petites collectivités, il n’y a ni budget, ni moyens humains. Et il y a la difficulté politique de parler de ce sujet : il faut que les élus sachent en parler. Parce que parfois, vous allez contre l’envie des gens.»

Et si la collectivité ne s’active pas aussi vite que nécessaire… reste l’action individuelle. Celle des ceux qui, d’eux-mêmes, vont réclamer leur droit à végétaliser leur balcon, leur rue, le square d’à côté. « Le citoyen doit jouer sa part. On est convaincus que la ville verte de demain le sera si les citoyens se saisissent du sujet, et si on n'attend pas que les politiques et les urbanistes débétonisent », assure Hugo Meunier, qui a lancé en 2015 Merci Raymond, une entreprise qui conduit des actions de végétalisation. A leur actif, « 5 000 m2 d’espace en milieu urbain végétalisé et 15 000 végétaux plantés dans 8 villes de France.» C'est aussi en 2015 que Paris lançait ses « Permis de Végétaliser », accordé aux habitants qui le réclament lors qu'ils souhaitent végétaliser la voie publique (faire courir une plante grimpante sur un mur, installer une jardinière au coin de leur rue).

 

« Toutes les 3D des architectes sont très végétales, très inspirantes et vous donnent envie d’y vivre, mais ensuite qui va entretenir ces espaces ? »

« En 2015, quand je parlais de jardinier urbain, ça pouvait faire sourire, poursuit Hugo Meunier, co-auteur de Tous acteurs de la révolution verte (Marabout). Aujourd’hui, c’est accepté, avec toute la communication faite par les villes à la suite de la COP21. Le besoin est né des citadins. Les villes annoncent des “oasis urbaines” parce qu’elles ont des moyens, mais ce ne sera pas suffisant. Toutes les 3D des architectes sont très végétales, très inspirantes et vous donnent envie d’y vivre, mais ensuite qui va entretenir ces espaces ? Les bailleurs ? Les citoyens doivent faire leur part, pour que leur ville soit vivable. »

« Il faut des projets de grande ampleur, renchérit en écho Solène Marry, de l'ADEME. Il faut que toutes les collectivités se mettent en ordre de marche. C’est maintenant, et c’est encore possible.»

                                                       par Annabelle Laurent

 

Retrouvez toute notre programmation WEB VERT 

 

POUR UNE PHILOSOPHIE DU JARDIN

par Guillaume Plaisance est doctorant contractuel enseignant en sciences de gestion. Lauréat du concours doctoral de l'Université de Bordeaux.

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/pour-une-philosophie-du-jardin

 

LA NATURE N’A PLUS DE CONTRAIRE

Les Natures en question, sous la direction de Philippe Descola, éditions Odile Jacob

par Claire Larroque ,Collège de France.

 

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/la-nature-n2019a-plus-de-contraire

 

CONFINEMENT : LE POINT DE VUE DES OISEAUX.

Par Vinciane Despret, philosophe

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/confinement-le-point-de-vue-des-oiseaux

Inscrivez-vous à la newsletter

 

 FERMETURE (Mouloud et 1er nov.) 

L’Institut français d’Alger (7, rue Hassani Issad)
et son annexe d’Hydra (30, rue des frères Kadri)
seront fermés
du jeudi 29 octobre
au dimanche 1er novembre (inclus).
Réouverture : lundi 2 novembre 2020

**********************

 

INFORMATION MEDIATHEQUE

« Livres non rendus pendant la période : avril-juillet 2020 »
Merci à toutes les personnes qui ont emprunté des livres avant le confinement de bien vouloir les rendre dans les plus brefs délais. Pour la sécurité de tous, une boite de retour est mise à la disposition du public juste à l’entrée de l’Institut français.

************

NOTIFICATION IMPORTANTE - ! Examens DELF-DALF  Octobre 2020

Changement d’adresse de passation des épreuves DELF-DALF Octobre 2020

pour des raisons indépendantes de notre volonté

Elle se dérouleront pas à l’adresse suivante : ESHRA ( Ecole Supérieure d’Hôtellerie et Restauration d’Alger ). Route Nationale N°11 – 16202 Ain Benian – Alger. Les dates et horaires de convocation restent inchangés. 

 Information TCF 

"Attention ! à partir de janvier 2019, la pièce d'identité à présenter le jour du test TCF doit obligatoirement être  biométrique"

Cours de français, tests et examens:
Une adresse de messagerie a été créée pour toute demande d'information concernant les cours de français :
infos.dlf-alger@if-algerie.com

************

« Octobre 2020 »
Octobre
DiLuMaMeJeVeSa
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Les rendez-vous à venir
Voir tous les événements entre le :
/ /  
et le :
/ /