Vous êtes ici : Accueil LE CULTUREL ! « On pourrait construire notre liberté sans qu'elle passe par la consommation »

« On pourrait construire notre liberté sans qu'elle passe par la consommation »

« On pourrait construire notre liberté sans qu'elle passe par la consommation » du vendredi 10 juillet au mardi 28 juillet En ligne

De quoi avons-nous vraiment besoin ? Partant de ce sujet peu traité, le sociologue Razmig Keucheyan, auteur du livre Besoins artificiels, comment sortir du consumérisme (Zones, 2019), déroule son argumentaire.

La parole au philosophe ! Retour à la liste

 

A LA UNE                                          

"On pourrait construire notre liberté sans qu'elle passe par la consommation" 

par Razmig Keucheyan, docteur en sociologie et professeur de sociologie à l'université de Bordeaux.

 

Retrouvez toute notre programmation "LA PAROLE AU PHILOSOPHE !" à l'issue de cette publication      

 

Seule une minorité d’entre nous peut, aujourd’hui, observer la nuit étoilée. La pollution lumineuse, aussi dénoncée pour ses nuisances sur la santé et sur l’environnement, soulève une question : quel seuil fixer pour que l’éclairage artificiel, besoin légitime, ne soit pas - avec des lampadaires allumés toute la nuit dans une rue peu empruntée - un éclairage excessif, source de pollutions ?

De quoi avons-nous vraiment besoin ? Partant de ce sujet peu traité, le sociologue Razmig Keucheyan, auteur du livre Besoins artificiels, comment sortir du consumérisme (Zones, 2019), déroule son argumentaire.

À l’heure de l’urgence climatique et de la nécessaire transition écologique, nous produisons et consommons trop. Le sociologue pointe le capitalisme, productiviste et consumériste, qui nécessite que soient mises sur le marché des marchandises nouvelles, et que soient générés des « besoins artificiels » toujours nouveaux.

Il propose une feuille de route à la dimension politique assumée, pour inviter à « combattre le capitalisme sur son propre terrain » et trouver ainsi des solutions à la crise environnementale.

Usbek & Rica : Comment peut-on définir ce qu’est un besoin « artificiel », qu'il ne serait plus légitime de satisfaire, tout en respectant la liberté de chacun ?

Razmig Keucheyan : On pourrait dire évidemment que chacun a sa propre définition, mais on ne s’en sortirait pas. Il faut une base commune parce que la transition écologique est indispensable. J'appelle « besoins artificiels » des besoins qui, d'une part, ne sont pas soutenables sur le plan écologique, qui donnent lieu à une surexploitation des ressources naturelles, des flux d'énergie, des stocks de matière première ; et d'autre part, des besoins dont l'individu ou la collectivité sent d'une manière ou d'une autre qu'ils endommagent la subjectivité, des besoins qui ne donnent pas lieu à des formes de satisfaction durable. Des besoins aliénants, en quelque sorte. L'obsession pour le dernier gadget, le dernier vêtement, la dernière voiture, cette obsession pour la nouveauté inhérente au système capitaliste est une dimension du caractère artificiel des besoins. C'est la définition du besoin artificiel néfaste.

« Voyager est un besoin artificiel, pas forcément néfaste, mais qui le devient quand on voyage avec des avions low-cost »

Mais tout ce qui est artificiel ne l’est pas forcément. Le voyage, par exemple : très répandu, il n'est pas un besoin vital, mais certains le considèrent comme un besoin essentiel. Pourtant, c’est un besoin advenu au cours de l'histoire, et c’est une construction culturelle : on ne voyage pas dans toutes les sociétés. Voyager est un besoin artificiel, pas forcément néfaste, mais qui le devient quand on voyage avec des avions low-cost… Il y a donc une frontière à définir entre le voyage comme besoin artificiel, qu'on pourra continuer à effectuer dans le cadre de la transition écologique, et celui qui devient néfaste dès lors que les émissions de gaz à effet de serre des avions low-cost deviennent insoutenables sur le plan environnemental.
Vous invitez à délibérer collectivement afin de définir cette frontière-là…
La thèse que je défends, et qui est celle d’André Gorz (philosophe ayant porté en France l'écosocialisme, ndlr), c’est qu’à part les besoins vitaux eux-mêmes - respirer, manger, dormir, se protéger du froid, boire - une part significative de nos besoins sont construits historiquement, culturellement. Et s’ils sont construits, ils évoluent, et ils sont aussi l'objet d'une délibération politique. Quel besoin est négociable et quel autre ne l'est pas ? Qu'est-ce qui est politique et culturel ou bien de l'ordre de la biologie ? Ce qui est intéressant, c'est que tout est mélangé et que les choses ne sont pas aussi claires pour celui ou celle qui ressent les besoins.

Vous donnez l’exemple du confort thermique. Une loi d’octobre 1979 fixe à 19°C la température dans les logements, bureaux et lieux d’enseignement. Une loi antérieure la fixait à 20°C. La loi peut donc évoluer pour définir les besoins.

S'il fait trop froid, un organisme ne survit pas, il y a un besoin vital qu’il n’est pas question de négliger. Mais les normes du confort thermique ont aussi évolué dans l'histoire. Il y a donc un jeu possible avec ces besoins vitaux. Si le besoin est historique, il est politique : ça veut dire qu'on peut réguler, déréguler, re-réguler si besoin, le tout au nom de la soutenabilité écologique et du fait que certaines options sont préférables à d'autres. Qui dit confort thermique dit dépenses énergétiques : la question est de savoir d'où vient l'énergie, comment on la répartit équitablement entre les citoyens etc. On touche là à la dimension politique de la satisfaction des besoins : comment on utilise les ressources limitées à notre disposition pour que les besoins soient satisfaits équitablement pour tout le monde.

Vous consacrez un chapitre détaillé aux troubles de la consommation compulsive. Que nous apprennent-ils sur notre société consumériste ?

La consommation compulsive est une pathologie, il s'agit de cas graves. Mais lire la littérature psychiatrique m'a intéressé parce qu'il m'a semblé qu’on pouvait en apprendre davantage sur la consommation en général. L'une des solutions que préconisent les psychiatres pour essayer, si ce n'est de guérir, au moins de contrebalancer les comportements consuméristes compulsifs, c'est de socialiser la consommation. De faire en sorte que les individus sujets à la consommation compulsive puissent par exemple aller faire des achats avec quelqu'un ou plusieurs autres personnes, ou que ces personnes puissent « objectiver » les sentiments qui les animent quand ils consomment compulsivement en tenant un journal de bord de la consommation lu par d’autres. Pour la guérir, il faut donc à la fois objectiver et socialiser la consommation. En somme, ce n’est que par le collectif, par l'interaction avec autrui, que l'on arrive à se ressaisir et à faire en sorte que l'individu ne soit plus en tête-à-tête avec la marchandise. Je trouve que c'est une grande leçon qui peut s'appliquer pour diminuer les niveaux de consommation.

Mais ça veut dire quoi, concrètement, « sortir du tête-à-tête avec la marchandise » ?

Il faut être créatif et faire de la futurologie. Aujourd'hui, l'individu est dans un supermarché seul, il va éventuellement décider de ce qu'il veut aller acheter collectivement avec sa famille, et ça ne va pas plus loin. Cela voudrait dire que certains achats - ceux qui sont dommageables pour l’environnement, et aliénants - feraient l'objet d'une délibération en amont, que l'individu n'irait pas acheter seul, que ça passerait par des délibérations dans des conseils, des comités. A une échelle réduite, les AMAP sont peut-être une préfiguration de ce que des achats collectifs pourraient être, qu'il s'agirait de généraliser à d'autres secteurs. Il faut socialiser le consumérisme pour le combattre. La crise environnementale est tellement grave qu'il faut être imaginatif.

« Cette idée selon laquelle on existe par les marchandises que l'on possède, à l'échelle de l'histoire, c'est tout récent »

Mais là-encore, la consommation est considérée comme une liberté…
C'est quelque chose de tout à fait récent. On pourrait construire notre liberté autrement, sans se dire qu’elle passe par la consommation. Cette idée selon laquelle on existe par les marchandises que l'on possède, à l'échelle de l'histoire, c'est tout récent. Donc on peut aussi imaginer qu'à l'avenir les choses pourraient évoluer différemment. Nos sociétés sont pleines de régulations, il n'y a pas de raison pour que la consommation ne soit pas elle aussi régulée.
Apple Store employees with a standing ovation for Sydney's first iPhone 11 owner pic.twitter.com/11jvHobGsw
— Daniel Van Boom (@dvanboom) September 19, 2019
 

Vous vous attaquez ensuite à l’autre partie du problème : stabiliser la production. Pour « conjurer la révolution continue des choses », l'extension de la garantie sur les objets de consommation est, selon vous, un outil légal facile à activer.

Cette question de la garantie ne vient pas de moi. Un ensemble de mouvements sociaux, emmené par les Amis de la Terre et le Réseau Action Climat, demande que la durée de la garantie sur les objets soit élevée de 2 à 10 ans. Quand la garantie est moindre - et donc que la réparation à leurs frais est moindre - les gens ont plus volontiers la tentation de jeter l'objet concerné et de s'en acheter un nouveau. Donc pour freiner un tant soit peu la circulation et la rotation rapide des marchandises, la garantie est un outil assez performant.

Le capitalisme, du fait de son caractère productiviste et consumériste, est tenté d'imposer un renouvellement permanent et toujours plus rapide des marchandises - Marx parlait de « vitesse de rotation des marchandises ». Son taux de profit en dépend, et c'est lié aussi à sa logique concurrentielle. Mais j'ai voulu montrer qu'historiquement, il y a toujours eu des mouvements sociaux, syndicaux, de consommateurs qui ont cherché à ralentir ce rythme de renouvellement des marchandises. Il y a donc des luttes sociales autour de la durée de vie des marchandises. C'est un levier important, qui a fait l'objet de pas mal de débats, notamment dans le cadre de la préparation de la loi Hamon (qui a prolongé la garantie légale de conformité de 6 mois à 2 ans, ndlr) en 2016.

« En ralentissant le rythme de renouvellement des marchandises, on allège la pression du capitalisme sur les écosystèmes »

D'une part, en ralentissant le rythme de renouvellement des marchandises, on allège quelque peu la pression du capitalisme sur les écosystèmes : avec moins de marchandises, moins de ressources naturelles sont prélevées sur l'environnement. D'autre part, ça permet de faire en sorte que l'individu ne soit pas soumis en permanence au renouvellement frénétique des marchandises, qui va avec la publicité, la facilitation des conditions de crédit, et qui implique souvent l'obsolescence programmée.


Dans la seconde partie de votre livre, vous appelez de vos voeux la constitution d’associations de consommateurs-producteurs. On voit bien le rôle joué aujourd'hui par les associations de consommateurs. Imaginer leur fusion avec celles de producteurs est moins évident. Quelle forme pourrait-elle prendre, concrètement ?

Quand elles sont créées, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les associations de consommateurs parlent évidemment du consommateur et de ses droits mais aussi des conditions de travail de ceux qui produisent les marchandises. Puis, tout au long du XXe siècle, les associations de consommateurs et les syndicats se sont de plus en plus divisés. Les associations s’occupent aujourd’hui des considérations liées à la consommation, et les syndicats du niveau du salaire et des conditions de travail. Le point important, c'est qu'il n'en a pas toujours été ainsi. Ce qui a été historiquement, aux États-Unis mais aussi en France, pourrait ré-advenir. Donc on pourrait faire l'hypothèse de reconnecter les associations de consommateurs avec les syndicats, ce qui permettrait à la fois une politisation par la consommation et une alliance avec ce qui reste du mouvement ouvrier et des syndicats. Les syndicats ont perdu tellement de terrain depuis des décennies qu’une forme de réinvention va d’une certaine manière être une condition de leur survie. Reconnecter les enjeux de production et les enjeux de consommation, rappeler que les travailleurs sont aussi des consommateurs, doit les revitaliser.

Vous évoquez longuement le secteur de la logistique, qui connaît un essor sans précédent avec l'explosion du e-commerce, et emploie des millions de personnes dans des entreprises dont Amazon est la plus emblématique. Pour vous, ce secteur opère la connexion entre la production et la consommation, et ses travailleurs sont « la classe ouvrière du XXIe siècle ».

La concentration des travailleurs, la prise de conscience progressive de la centralité de la logistique par ces travailleurs eux-mêmes, ou les grèves qu'il y a eu dans les entrepôts Amazon récemment et partout dans le monde : tout ça montre que c'est une fraction du salariat qui fait l'expérience de sa propre puissance depuis quelques temps, et va avoir une importance croissante.
L’hypothèse que je livre à la discussion, c’est que les enjeux de logistique pourraient devenir centraux dans les luttes sociales à venir, notamment dans ces fameuses associations de producteurs-consommateurs. Amazon, et plus généralement la logistique, représente les transformations fondamentales du système. Il faut partir de ces évolutions récentes du capitalisme et essayer de penser quel genre de lutte, quel genre de blocage des flux logistiques ça rend possible...

Le capitalisme, du fait de son caractère productiviste et consumériste, est tenté d'imposer un renouvellement permanent et toujours plus rapide des marchandises - Marx parlait de « vitesse de rotation des marchandises ». Son taux de profit en dépend, et c'est lié aussi à sa logique concurrentielle. Mais j'ai voulu montrer qu'historiquement, il y a toujours eu des mouvements sociaux, syndicaux, de consommateurs qui ont cherché à ralentir ce rythme de renouvellement des marchandises. Il y a donc des luttes sociales autour de la durée de vie des marchandises. C'est un levier important, qui a fait l'objet de pas mal de débats, notamment dans le cadre de la préparation de la loi Hamon (qui a prolongé la garantie légale de conformité de 6 mois à 2 ans, ndlr) en 2016.

Vous proposez de bloquer les entrepôts Amazon ? C'est une démarche ouvertement militante qui va au-delà de l'observation sociologique, non ?

Ce n'est pas moi qui le propose, ils le font déjà d'eux-mêmes, et il faut les encourager ! Cela se veut une contribution parmi d'autres à la construction d'un programme politique pour le XXIe siècle, qui passerait notamment par la politisation des enjeux de consommation au sens large, par des mesures immédiates comme l'extension de garantie, et par des mesures de plus long terme qui supposent la construction de mouvements sociaux nouveaux.

« Les GAFA représentent une variante particulièrement sophistiquée de dictature sur les besoins », écrivez-vous en reprenant une expression employée par la philosophe Agnes Heller pour désigner l’Union Soviétique. Vraiment ?

Oui, c'est une hypothèse que je lance à la discussion. Agnès Heller était une dissidente en Union Soviétique dans les années 1960-1970. Elle réfléchissait à ce système dictatorial très particulier qu'était l'URSS : une caste de bureaucrates décide quels sont les besoins légitimes qu'on va satisfaire et quels sont les besoins non-légitimes qu'on ne va pas satisfaire. Pour elle, il s’agissait d’une « dictature des besoins », dont elle a développé une critique en défendant une vision humaniste du marxisme.

Razmig Keucheyan, docteur en sociologie et professeur de sociologie à l'université de Bordeaux.

 

 

Retrouvez toute notre programmation de "LA PAROLE AU PHILOSOPHE !" 

 

11  "Ces philosophes que le monde nous envie" par Didier Raoult.

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/ces-philosophes-que-le-monde-nous-envie-par-le-professeur-didier-raoult

 

10  "Ce que la philosophie nous apprend de la pandémie de Coronavirus" par Xavier Pavie, Philosophe

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/ce-que-la-philosophie-nous-apprend-de-la-pandemie-de-coronavirus-par-xavier-pavie-philosophe

 

9  Julia de Funès : "On se concentrera sur les gens qu’on aime"

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/julia-de-funes-on-se-concentrera-sur-les-gens-qu2019on-aime

 

8  Claire Crignon « Coronavirus : quel peut être le rôle du philosophe en temps d’épidémie ? »

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/coronavirus-quel-peut-etre-le-role-du-philosophe-en-temps-d2019epidemie

 

7  Michaël Fœssel « La nuit est propice aux expériences égalitaires »

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/michael-foessel-la-nuit-est-propice-aux-experiences-egalitaires

 

6  Le balcon ... avec Thierry Paquot, philosophe-urbaniste

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/le-balcon...-avec-thierry-paquot-philosophe-urbaniste

 

5  De la réalité du monde sensible : DE L’ESPACE par Jean-Jaurès, philosophe

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/jean-jaures

 

4  "Entretien sur la musique avec André Comte-Sponville", philosophe par Bertrand Saint-Etienne.

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/la-parole-au-philosophe-entretien-sur-la-musique-avec-andre-comte-sponville

 

3  Edgar Morin "Cette crise devrait ouvrir nos esprits depuis longtemps confinés sur l'immédiat" 

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/la-parole-au-philosophe-edgar-morin-cette-crise-devrait-ouvrir-nos-esprits-depuis-longtemps-confines-sur-l2019immediat

 

2  "Barbara Cassin, le pouvoir des mots"  

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/la-parole-au-philosophe-avec-barbara-cassin-philosophe-philologue-et-academicienne

 

1  "Pourquoi lire les philosophes arabes?" 

https://www.if-algerie.com/alger/agenda-culturel/pourquoi-lire-les-philosophes-arabes

Inscrivez-vous à la newsletter

 

 FERMETURE (Mouloud et 1er nov.) 

L’Institut français d’Alger (7, rue Hassani Issad)
et son annexe d’Hydra (30, rue des frères Kadri)
seront fermés
du jeudi 29 octobre
au dimanche 1er novembre (inclus).
Réouverture : lundi 2 novembre 2020

**********************

 

INFORMATION MEDIATHEQUE

« Livres non rendus pendant la période : avril-juillet 2020 »
Merci à toutes les personnes qui ont emprunté des livres avant le confinement de bien vouloir les rendre dans les plus brefs délais. Pour la sécurité de tous, une boite de retour est mise à la disposition du public juste à l’entrée de l’Institut français.

************

NOTIFICATION IMPORTANTE - ! Examens DELF-DALF  Octobre 2020

Changement d’adresse de passation des épreuves DELF-DALF Octobre 2020

pour des raisons indépendantes de notre volonté

Elle se dérouleront pas à l’adresse suivante : ESHRA ( Ecole Supérieure d’Hôtellerie et Restauration d’Alger ). Route Nationale N°11 – 16202 Ain Benian – Alger. Les dates et horaires de convocation restent inchangés. 

 Information TCF 

"Attention ! à partir de janvier 2019, la pièce d'identité à présenter le jour du test TCF doit obligatoirement être  biométrique"

Cours de français, tests et examens:
Une adresse de messagerie a été créée pour toute demande d'information concernant les cours de français :
infos.dlf-alger@if-algerie.com

************

« Octobre 2020 »
Octobre
DiLuMaMeJeVeSa
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Les rendez-vous à venir
Voir tous les événements entre le :
/ /  
et le :
/ /