Vous êtes ici : Accueil Agenda culturel Fête de la musique. Hommage au patrimoine musical de l'Algérie

  •  
Inscrivez-vous à la newsletter

Fête de la musique. Hommage au patrimoine musical de l'Algérie

Fête de la musique. Hommage au patrimoine musical de l'Algérie du jeudi 20 juin à 18h30 au vendredi 21 juin à 22h00 dans les jardins de l'Institut français d'Alger et à l'hôtel Sofitel

Un été dans les jardins avec une belle palette représentative du Patrimoine musical de l'Algérie, en collaboration avec l'hôtel Sofitel. Sous la Direction artistique de Nour-Eddine Saoudi.

Art de la scène Retour à la liste

Dans les jardins de l'Institut français d'Alger:  jeudi 20 juin à 18h30 précises

3h30' de concert non-stop avec Ahellil, El-Djazira, Joe Batoury, Choghli et Ithran n dda lmulud.

A l'hôtel Sofitel: Vendredi 21 juin avec Ahellil et Choghli.

 

 

Ahellil

Ahellil désigne à la fois un genre musical et le groupe qui l'accomplit. Pour certains, Ahellil est une altération de l'arabe ahl al layl (les gens de la nuit). D’autres, font dériver le mot de Hilal, croissant, nouvelle nuit, toujours en référence à ce moment nocturne.
 

Andalou avec El-Djazira

El-Djazira tente d'universaliser ce patrimoine musical andalou, tout en préservant son originalité et ses repères culturels : une nécessité de faire côtoyer en parfaite symbiose la forme musicale traditionnelle avec celle de la modernité.
 

Gnawi avec Joe Batoury

Puisant ses racines de la culture africaine, Joe Batoury s'oriente vers la musique des gnawas du Maroc et de l'Algérie, repousse les frontières et rapproche les musiques qui s'étendent de part et d'autre du Sahara.
 

Targui avec Choghli

Petit fils de Tarzar, la célèbre joueuse d'imzad, Choghli est né à Djanet.
Il remplace Baly dans sa mission de propagation de la musique touareg dans le monde. Il est devenu le chanteur de référence pour la chanson touareg.
 

Kabyle avec Ithran n dda lmulud

Troupe de la ville des Genêts, composée de talentueux danseuses et danseurs ayant tous à coeur de représenter à travers une gestuelle ancestrale et une thématique sociale vivante, une partie du riche patrimoine kabyle. Sous une rythmique pétillante et vive, et une mélodie non moins brillante et chatoyante égrenée par la Zorna (clarinette traditionnelle) du groupe des idhebbalen (percussionnistes en kabyle).