Vous êtes ici : Accueil Agenda culturel YVES SAINT LAURENT par Pierre Bergé

YVES SAINT LAURENT par Pierre Bergé

YVES SAINT LAURENT par Pierre Bergé mercredi 15 mai à 18h00 Hôtel Le Méridien d’Oran

« Notre monde à l’époque était Oran et non Paris. Ni Alger, la ville métaphysique de Camus aux blanches vérités, ni encore Marrakech et sa bienfaisante magie rose. Oran, une cosmopolite de commerçants venus de partout, et surtout d’ailleurs, une ville étincelante dans un patchwork de mille couleurs sous le calme soleil d’Afrique du Nord» Yves Saint Laurent

Conférence Retour à la liste

Dans le cadre de cette conférence, Pierre Bergé retracera la carrière exceptionnelle d’Yves Saint Laurent né en 1936 à Oran : ses débuts chez Christian Dior, l’ouverture de leur maison de couture en 1962, les quarante années de création qui s’ensuivront jusqu’au dernier défilé rétrospectif en 2002 et l’ouverture, quelques années plus tard, de la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent


Il reviendra à cette occasion sur la modernité du couturier et l’empreinte qu’il a laissée sur l’histoire du XXème siècle : cette « révolution Saint Laurent » qui commence dès les années soixante avec l’invention du vestiaire de la femme moderne qu’il compose autour de pièces emblématiques comme le caban, le trench-coat, le smoking, la saharienne, le tailleur-pantalon et le jumpsuit

Pierre Bergé a fondé aux côtés du couturier la maison Yves Saint Laurent dont il a assuré la gestion jusqu’en 2002. Il est aujourd’hui Président de la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent et l’auteur de nombreux ouvrages dont Inventaire Mitterrand (Stock, 1991), Les jours s’en vont je demeure (Gallimard, 2003), Album Cocteau (La Pléiade, Gallimard, 2006), Lettres à Yves (Gallimard, 2010), Yves Saint Laurent - Une Passion marocaine (La Matinière, 2010).

« Si Chanel avait donné la liberté aux femmes, Saint Laurent leur donna le pouvoir. »
Pierre Bergé

 


 Biographie


Yves Saint Laurent est né le 1er août 1936 à Oran en Algérie, où il passe toute sa jeunesse, il est âgé de dix-neuf ans lorsqu’il est engagé, en 1955, par Christian Dior pour être son assistant. Deux ans plus tard, à la mort de ce dernier, il est nommé à la tête de la maison Dior dont il assure la direction artistique jusqu’en 1960. Pierre Boulat, photographe au magazine américain Life, assiste aux premiers pas du « Petit Prince de la couture ». Pour les deux hommes, ces années Dior sont le début d’une collaboration qui va durer plus de trente ans.

Des années 1960 aux années 1990, Pierre Boulat reviendra régulièrement photographier le couturier en pleine préparation de ses collections haute couture. Aux premières années de la rue Spontini succèdent celles de l’avenue Marceau, où s’installe la maison à partir de 1974.
Le photographe suit également Yves Saint Laurent dans l’intimité de ses appartements parisiens et lors de ses retraites à Marrakech où il prend l’habitude de dessiner ses collections.

En 1955, après un bref passage à l’école de la Chambre Syndicale de la Haute Couture, Michel de Brunhoff, directeur de Vogue Paris, le présente à Christian Dior, qui l’engage aussitôt comme assistant. A la mort de ce dernier, en 1957, Yves Saint Laurent prend la direction artistique de la maison Dior. Il y présente sa première collection, dite « Trapèze », en janvier 1958, qui connaît un immense succès. Appelé à faire son service militaire et hospitalisé au Val de Grâce, il est licencié par la maison Christian Dior en 1960.

A la fin de l’année 1961, Yves Saint Laurent, qui a décidé de créer avec Pierre Bergé sa propre maison de couture, prépare sa première collection dans un atelier improvisé rue Jean-Goujon. Elle sera dévoilée le 29 janvier 1962, au 30 bis rue Spontini. Pierre Boulat est le seul photographe autorisé à assister à la préparation de ce défilé ; capturant l’effervescence qui a précédé l’événement, il immortalise les débuts de ce qui allait devenir l’une des plus grandes maisons françaises de haute couture. Pierre Bergé, qui affectionne particulièrement cette série de photographies, raconte : « La rencontre avec Pierre Boulat a été formidable. Il nous a accompagnés presque jour et nuit. Nous nous sommes rendus compte que nous étions en train de constituer, ensemble, une mémoire.»

Ils resteront douze années à cette adresse pendant lesquelles Yves Saint Laurent inventera le vestiaire de la femme moderne : le caban et le trench-coat dès 1962, le premier smoking en 1966, la saharienne et le premier tailleur-pantalon en 1967, les premières transparences et le premier jumpsuit en 1968... En se servant des codes masculins, il apporte aux femmes l’assurance, l’audace et le pouvoir, tout en préservant leur féminité.

Mais Yves Saint Laurent souhaite habiller toutes les femmes, et non les seules riches clientes de la haute couture. C’est pourquoi il crée en 1966, à Paris, SAINT LAURENT rive gauche, la première boutique de prêt-à-porter portant le nom d’un couturier. Il ouvre ainsi la voie à ce qu’est devenue la mode aujourd’hui.

Depuis la fin des années 1950, et tout au long de sa carrière, Yves Saint Laurent dessine également des costumes pour le théâtre, le ballet et le cinéma. Il collabore avec Roland Petit, Claude Régy, Jean-Louis Barrault, Luis Buñuel, François Truffaut... Il habille Jean Marais, Zizi Jeanmaire, Arletty, Jeanne Moreau, Isabelle Adjani ou encore Catherine Deneuve, avec qui il tisse une amitié fidèle.

Dans ses collections de haute couture, Yves Saint Laurent aime rendre hommage aux artistes. Dès 1965, il crée les célèbres robes Mondrian, puis, l’année suivante, les robes pop art. En 1967, c’est autour de l’Afrique d’inspirer une de ses collections.

En 1974, Yves Saint Laurent et Pierre Bergé installent la maison de couture au 5 avenue Marceau à Paris où le couturier présente des collections inspirées de Picasso et Diaghilev, et des hommages à Matisse, Cocteau, Braque, Van Gogh et Apollinaire, dans les années 1980.
Il prend également l’habitude de venir à Marrakech le 1er juin et le 1er décembre de chaque année dessiner sa collection de haute couture pendant quinze jours. Le Maroc, qu’il a découvert en 1966, aura une grande influence sur son travail et sa palette de couleurs, tout comme ses voyages imaginaires qui le transportent aussi bien au Japon qu’en Inde, en Russie, en Chine ou encore en Espagne ; autant de pays qui l’inspirent pour ses collections.

Le Metropolitan Muséum of Art de New York lui consacre une rétrospective en 1983 : c’est la première fois qu’un créateur de mode vivant expose dans ce musée. De grandes expositions seront présentées par la suite à Pékin, Moscou, Sydney, Tokyo et bien entendu à Paris, au musée des Arts de la mode, en 1986.
A l’occasion de la Coupe du monde de football de 1998, Yves Saint Laurent met en scène trois cents mannequins sur la pelouse du Stade de France.

Le 7 janvier 2002, il annonce lors d’une conférence de presse qu’il met fin à sa carrière. Le 22 janvier, au Centre Pompidou, un grand défilé rétrospectif retrace quarante années de création au travers de plus de 300 modèles, dont sa dernière collection printemps été 2002 est présenté le 22 janvier au Centre Pompidou. Sur les traces de son père, Alexandra Boulat, photographe indépendante, assiste à la préparation de ce défilé dans le studio du 5 avenue Marceau et nous livre un témoignage émouvant des derniers jours de la maison Yves Saint Laurent.

Yves Saint Laurent se consacre désormais aux activités de la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, reconnue d’utilité publique le 5 décembre 2002. Elle a pour mission la conservation des 5 000 vêtements haute couture et 150 000 accessoires, croquis et objets divers qui en constituent le fonds, l’organisation d’expositions thématiques de mode, peinture, photographie, arts décoratifs etc., et le soutien d’activités culturelles et éducatives.

Le 10 mars 2004, la Fondation ouvre ses portes au public avec l’exposition Yves Saint Laurent, Dialogue avec l’Art, qui sera accueillie par la Fondation Caixa Galicia en Espagne. Yves Saint Laurent Style est, quant à elle, présentée en 2008 au Musée des Beaux-arts de Montréal, puis au de Young Muséum de San Francisco.

Le 1er juin 2008, Yves Saint Laurent décède à son domicile parisien de la rue de Babylone dans sa soixante-douzième année.

En 2010, la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent organise une grande rétrospective de l’œuvre du couturier, présentée au Petit Palais à Paris puis à la Fondation MAPFRE de Madrid et au Denver Art Muséum.

En 2013, une exposition Yves Saint Laurent Visionnaire se tient pour la première fois à l’Espace Culturel ING de Bruxelles.

 

Les rendez-vous à venir
Voir tous les événements entre le :
/ /  
et le :
/ /  

Info dernière minute 

 

Session automne 2017 du 7 octobre au 19 décembre 2017

 

 

 

 

 

 

« Octobre 2017 »
Octobre
DiLuMaMeJeVeSa
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
Inscrivez-vous à la newsletter