Vous êtes ici : Accueil Agenda culturel Transphilosophies - Entrée libre

Transphilosophies - Entrée libre

Transphilosophies - Entrée libre du dimanche 17 avril à 16h00 au mercredi 20 avril à 18h00 à l'Institut français d'Alger

Transphilosophies entend développer une politique de la relation. En ouvrant un espace partagé de réflexion élargie, l’intention est de rassembler pour produire du commun.

Rencontre Retour à la liste

 

PROGRAMME TRANSPHILOSOPHIES
INSTITUT FRANÇAIS D’ALGÉRIE
17, 18 et 20 AVRIL 2016

Transphilosophies entend développer une politique de la relation. En ouvrant un espace partagé de réflexion élargie, l’intention est de rassembler pour produire du commun. C’est une façon de penser « hors les murs » qui associe l’art, la poésie et la philosophie ; les images, les sons et les mots. La circulation des idées dépasse toutes les frontières et crée de nouveaux entre-mondes, foyer des questions contemporaines ici soulevées.

Seloua Luste Boulbina est philosophe, directrice de programme au Collège International de philosophie à Paris et chercheuse (HDR) au LCSP (Université Paris 7). Elle est spécialiste des questions coloniales et postcoloniales, dans leurs dimensions politiques, intellectuelles et artistiques. Elle a notamment publié L’Afrique et ses fantômes (2015), Les Arabes peuvent-ils parler ? (2011), Le Singe de Kafka et autres propos sur la colonie (2008). Elle a dirigé de nombreux ouvrages collectifs : La Migration des idées (#1 en 2013, #2 en 2014), Décoloniser les savoirs (2012) par exemple. Elle est membre du comité de rédaction de la revue d’art contemporain Afrikadaa et a, en Algérie, contribué à plusieurs livres et catalogues d’exposition.

 

17 AVRIL ALGER

Historien, auteur notamment de La Monarchie marocaine et la lutte pour le pouvoir (1992), Maâti Monjib est président de Freedom Now, comité marocain pour la protection de la liberté de presse et d’expression. Il est conseiller scientifique de la revue Zamane. Il enseigne à l’université de Rabat.
Véronique Kanor est réalisatrice et auteure. Elle travaille à Paris et à la Martinique. Elle a réalisé notamment un documentaire, Marcel Manville, d’homme à hommes (2011) tourné en partie en Algérie, et, avec sa sœur Fabienne, écrivaine, Cahier d’un retour (2013) et Un caillou et des hommes (2014). Elle a également publié Combien de solitudes… (2013).
Daniel Maximin est écrivain, romancier, poète et essayiste. Il a notamment publié Aimé Césaire, frère volcan (2013), Les fruits du cyclone : une géopoétique de la Caraïbe (2006), Tu, c’est l’enfance (2004). Il a en particulier édité les Cent Poèmes d’Aimé Césaire (2009) ainsi que les Ecrits de dissidence de Suzanne Césaire (2009) qu’il a récemment adapté au théâtre sous le titre Suzanne Césaire Fontaine solaire. Il a dirigé L’Année des Outre Mers en 2011.
 

Projection : Tu me copieras de Jean-François Boclé, 2004, 27mn30,
(en boucle) sur un écran tv dans l’entrée
La vidéo est centrée sur le Code Noir que l’artiste écrit, sur un tableau noir, sous la dictée.

Projection : Marcel Manville, d’homme à hommes de Véronique Kanor, 2011, 54mn
Ecran tv

 

16h :

Projection : Daïnah la métisse de Jean Grémillon, 1931, 47 mn,
Avec Habib Benglia (premier acteur noir en France, né à Oran le 25 août 1895, mort le 2 décembre 1960 à Paris). Sur un paquebot de luxe allant vers les colonies ont embarqué Smith, un illusionniste, et sa femme Dainah. Un soir, sur le pont désert, elle attire un mécanicien mais le repousse. Le lendemain, Daïnah a disparu. L'enquête piétine ; le mari s'érige en justicier.

17h :

Table ronde : Après Peau noire masques blancs

Fanon est ici un fil rouge tant le livre qu’il publia en 1952 révolutionna la pensée. Passer de l’objet de pensée au sujet pensant constitua une révolution copernicienne. C’est pourquoi il a inspiré non seulement de nombreux penseurs mais aussi de multiples artistes. Reste à savoir comment hériter de ses analyses et que faire de la question, par delà mers et océans. Les perspectives sont ainsi à creuser ici et maintenant, dans la pluralité des approches.

Maâti Monjib (université de Rabat)
Véronique Kanor (artiste)
Daniel Maximin (écrivain)
Modération : Seloua Luste Boulbina

Projection : Corps-à-corps de Louisa Babari et Celio Paillard, 2014, 7mn30
La vidéo est centrée sur l’intelligence que Fanon a du corps et de la peau.

Projection : Le Glas de Ferid Dendeni, 1969, 6mn
Le film, narré par Djibril Diop Mambety sur une musique composée à partir d’un enregistrement des Black Panthers, dénonce la pendaison de trois révolutionnaires africains à Salisbury en Afrique du Sud.
Il a été réalisé par René Vautier sous le pseudonyme de Ferid Dendeni.

 

Performance :

Véronique Kanor : Solitudes Martinique  45mn
« Solitudes Martinique est une performance scénique où les mots s’encanaillent avec les images. Ils les défient et les bousculent pour raconter l’histoire d’une femme qui, prise dans un chagrin d’amour et bloquée par une grève générale, cherche à faire corps avec son île pré-natale. Sur les deux écrans dressés face au public et à la lectrice, la Martinique dévoile une géographie intime faite de creux et de ravines, de hauteurs et de cieux magnifiques. Entre humour et poésie, le spectacle met à nu une société créole qui ne sait comment dealer avec son passé, ses identités et ses peaux nègres… Et qui attend qu’une pluie miraculeuse vienne chasser tous ses démons. »


18 AVRIL ALGER

Formé à l’ethnopsychiatrie, Lamine Sagna est sociologue. Après avoir enseigné à Princeton (2002-2011), il est actuellement chercheur (HDR) au LCSP (Université Paris 7). Ses recherches portent principalement sur les réseaux sociaux et l’usage des technologies, la globalisation et le symbolisme des échanges, s’intéressant en particulier au rôle de la culture dans les échanges. Il a publié Monnaie et sociétés (2001).
Tedj Ghomri dirige le département des langues anglo-saxonnes de l’université de Béchar. Il a notamment publié John Wycliffe’s unintended Audiences and the Revolt of 1381. Ses intérêts portent également sur les phénomènes migratoires et sur les littératures au Maghreb.
Abdellah Moussa est philosophe et enseigne à l’Université de Saïda. Il s’intéresse à la question de la modernité et au développement des sciences de l’homme.  Il est directeur du laboratoire Tatwir dans les sciences sociales et humaines (D.R.S.H)
Spécialiste de l’œuvre de Hannah Arendt, Malika Bendouda est philosophe et enseigne à l’Université d’Alger. Elle s’est engagée, à Oran, dans une recherche collective (CRASC) sur les femmes et les projets de vie. Elle appartient au réseau international des femmes philosophes de l’Unesco.
 

Projection :

Iranien, Mehran Tamadon ; France, Suisse, Iran ;  2013, 105 mn, 
sur un écran tv dans l’entrée
Iranien athée, le réalisateur Mehran Tamadon a réussi à convaincre quatre mollahs, partisans de la République Islamique d’Iran, de venir habiter et discuter avec lui pendant deux jours. Dans ce huis clos, les débats se mêlent à la vie quotidienne pour faire émerger sans cesse cette question : comment vivre ensemble lorsque l’appréhension du monde des uns et des autres est si opposée? Ce film a reçu Le Grand Prix Cinéma du Réel en 2014.

 

16h30

Projection : Elles de Ahmed Lallem, 1966, 21mn
De jeunes algériennes témoignent de leurs désirs et de leur expérience.

 

17h

Table ronde : Qu’est-ce que la sécularisation ?

La sécularisation, synonyme aujourd’hui de modernité, est plus difficile à concevoir qu’on ne le croit. Si séculier signifie initialement ce qui appartient au siècle, et désigne un état, la sécularisation n’est pas, comme la philosophie de l’histoire le laisserait croire, un processus bien identifié. Ce sont non seulement les rapports des religions et des sociétés qui sont en jeu mais également ceux des hommes et des femmes et leur égalité. En outre, la sécularisation a connu, historiquement, des modalités multiples.

Lamine Sagna (Université Paris 7)
Tedj Ghomri (Université de Béchar)
Abdallah Moussa (Université de Saïda)
Malika Bendouda (Université d’Alger)
Modération : Seloua Luste Boulbina

Projection : un extrait de La Zerda ou les chants de l’oubli, de Malek Alloula et Assia Djebar, 1982

Concert Karaib Trio : Sur la route de Fanon, Roger Raspail, Nikol Wagner, Frank Curier, 75mn
Roger Raspail, percussionniste, s’initie très tôt au Ka et en fait un instrument international puisqu’il accompagne aussi bien Didier Malherbe ou Chico Freeman que Papa Wemba ou Pierre Akendengue. Il joue avec Hasnia el Bécharia, accompagne le musicien Safy Boutella, que ce soit en Algérie, en France ou ailleurs en Europe. Il a pris goût au partage des univers et à la créolisation des mondes. Il est ici accompagné par le guitariste Franck Curier et la chanteuse Nikol Wagner Reinhardt. Youcef Grim est musicien invité.

 

20 AVRIL ALGER

Louisa Babari vit et travaille à Paris. Elle conçoit des films, des installations sonores, des œuvres graphiques qui explorent les processus de décentrement, traitent les micro-histoires, explorent les archives familiales, les processus non familiers liés aux utopies. Ses derniers travaux ont été sont présentées dans Territoires arabes à Constantine, capitale arabe de la culture 2015, et Made in Algeria au  MuCEM de Marseille, 2016.
Olivier Hadouchi est historien du cinéma. Il enseigne à l’ESRA à Paris. Il est également programmateur indépendant : Festival Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen Orient à Paris ; Résistance culturelle à Beyrouth ; Eclats et Soubresauts au Bal à Paris. Il collabore à Cinémaction et à Third Text et a contribué à Algériens en France, dirigé par B.Stora et L.Amiri.
Julien Creuzet vit et travaille à Paris. Diplômé de l’école des beaux arts de Caen, du post-diplôme des Beaux Arts de Lyon, du Studio national des arts contemporain - Le Fresnoy à Tourcoing. Il est représenté par la galerie Doyang Lee à Paris. Son travail a été exposé au Frac Basse Normandie à Caen (2015), au centre d’art contemporain de Juvisy sur Orge, à la galerie Doyang Lee à Paris (2013). Suite à sa résidence au centre d’art La Galerie à Noisy le Sec, il a participé à l’exposition collective intitulée Scroll infini, en 2015.
 

 

15h30

Projection : Standard and poor’s, ces yeux, Césaire, film docu-fiction de Julien Creuset, 2013, 90mn.
« Cet oeil est pour moi celui d’Aimé Césaire, qui est également le personnage principal du film. Je devais parler de lui pour parler de la Martinique, tant son empreinte est encore forte pour parler des gens, des communes, des rapports sociologiques ».

17h

Table ronde : L’internationalisme aujourd’hui

La fin du XXe siècle est, on l’a dit, synonyme de fin des idéologies. Le XXIe siècle est celui de la mondialisation. Il nous faut donc interroger ce « passage » du siècle, revenir aux formes politiques complexes qui ont traversé nos histoires mêlées et examiner les nouvelles configurations qui font de l’internationalisme à la fois un mythe et une réalité. Les archives du temps passé sont encore vivantes et de nouveaux cosmopolitismes sont à envisager.

 

Projection :

Journal d’un étudiant algérien à Moscou de Louisa Babari, 2016, 10mn
Tel un fragment de micro-histoire, la vidéo repose sur les archives familiales et les documents officiels qui retracent le parcours d’un jeune homme de Constantine à Moscou puis à Alger.

Projection : J’ai fait plusieurs fois le même rêve de Julien Creuzet, 2015, 8mn
Poème filmé.

Louisa Babari (artiste)
Olivier Hadouchi (ESRA, Paris)
Julien Creuzet (artiste)
Modération : Seloua Luste Boulbina

 

Projection : un extrait de L’heure des brasiers de Fernando Solanas, Argentine, 1968

Projection : Le voyage à Bandung de Jean-François Boclé, 2015,4mn46
Video couleur conçue pour les commémorations du 60e anniversaire de la Conférence afro-africaine de Bandung, première diffusion à la conférence internationale Bandung Spirit - Rethinking emerging forces 60 years after the Bandung conference, Université de Trisaktri, Indonésie.

 

Projection :

The Storyteller de Katia Kameli, 2012, 12mn
La halqa ou cercle de spectateurs, est pratiqué sur la place de Jamaa El Fna de Marrakech. Le hlaïqya,, artiste qui anime les halqas, interprète « Dosti » de Sayten Bose , un classique du Bollywood en noir et blanc.

Poésie-performée de Julien Creuzet
« Tout de blanc vêtu, elle s’est mise pied nu, à la croisée du sentier (….) »

Projection : Opéra archipel, j’ai quitté Paris de Julien Creuzet, 2015, 21mn
Cet opéra appartient à un projet plus global Opéra-archipel dans lequel se greffent des éléments d’ici et d’ailleurs, de son environnement direct comme d’une histoire plus lointaine. La première session Opéra-archipel prenait également sa source dans la littérature coloniale, associée à l’opéra de Rameau « Les Indes Galantes ».

Les inscriptions au TCF sont ouvertes toute l'année du dimanche au jeudi de 8h 30 à 16h 30 à l'Institut français d'Alger (7, rue Hassani ISSAD Alger-Centre).

Les candidats dont les noms commencent par les lettres:

A : dimanche

B : lundi

C, D, E, F, G, H : mardi

I, J, K, L, M : mercredi

N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z : jeudi

****************

A partir du 1er janvier 2018, la réservation sera limitée à 2 places pour tous nos évènements culturels. 

Nous répondons à toutes les demandes de réservation du dimanche au jeudi (inclus).

***************************

Une adresse de messagerie a été créée pour toute demande d'information concernant les cours de français : infos.dlf-alger@if-algerie.com

 

« Décembre 2017 »
Décembre
DiLuMaMeJeVeSa
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31
Inscrivez-vous à la newsletter
Les rendez-vous à venir
Voir tous les événements entre le :
/ /  
et le :
/ /