Vous êtes ici : Accueil Actualités Culturelle Festival de Cannes : l’Algérie au Short Film Corner

  •  
Inscrivez-vous à la newsletter

Festival de Cannes : l’Algérie au Short Film Corner

Place à la 66ème édition du Festival de Cannes et à la découverte des jeunes talents ! Les Instituts français de Tunisie, du Maroc et d'Algérie, s'associent pour intégrer, au centre de cet évènement incontournable, la création cinématographique naissante du Maghreb.

Trois films algériens, audacieux et prometteurs, ont été retenus cette année dans le cadre du Short Film Corner (rendez-vous incontournable du court-métrage et du marché du Film de Cannes)  : La Nuit de Yanis Koussim ; Tarzan, Don Quichotte et Nous de Hassen Ferhani et L'île Al Djazira de Amin Sidi Boumédine.

Projecteurs sur...

 

Yanis Koussim est un cinéaste représentatif de la jeunesse algérienne. Il propose un cinéma de son temps, criant de vérité sur les maux et les espoirs d’un pays qui se cherche. Soucieuse de dévoiler les dessous de la Capitale, La Nuit est une plongée en immersion au cœur des nuits algéroises toujours changeantes.

 

Hassen Ferhani est un cinéaste-poète qui incarne une autre facette de la « nouvelle vague  algérienne ». Sa mise en scène dialogue entre les époques, oscillant entre rêves et réalités. Tarzan, Don Quichotte et Nous superpose les images du premier Tarzan tourné au Jardin d'Essai d’Alger à celle des jeunes couples qui y trouvent refuge aujourd’hui. Un hymne intemporel à l’amour porté par des grands arbres centenaires dont la majesté nous parle incontestablement.

 

Amin Sidi Boumédine est un théoricien du cinéma. Conceptuel et courageux, L'île Al Djazira offre un sens du cadre quasi-parfait. Le personnage anonyme, perdu dans l’immensité d’une Alger désertée, laisse s’exprimer l’architecture de cette ville saisissante. L’étrange éloquence des bâtisses fait ainsi écho au souffle étouffé du protagoniste.

 

Parallèlement et pour la deuxième année consécutive, l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) assure également la présence de l’Algérie au festival. Son pavillon propose de découvrir  les productions algériennes récentes (ou en cours de réalisation) en accordant une place remarquée aux jeunes réalisateurs et producteurs, et vise à promouvoir l’Algérie comme destination cinématographique.